Stéphane Pyronnet

Porteur du projet :Stéphane PyronnetDirecteur de recherche Inserm au Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse (Oncopole)

Thème de recherche :Lutte contre le cancer du pancréas

Descriptif du projet :

Aucune thérapie actuelle n’est efficace contre le cancer du pancréas. L’équipe de Stéphane Pyronnet vient d’identifier une caractéristique des tumeurs du pancréas qui pourrait conduire à une nouvelle voie thérapeutique. A l’origine, le pancréas produit des enzymes dont la fonction est de digérer les aliments ingérés au cours des repas. Chez une personne en bonne santé, la synthèse de ces enzymes est finement régulée ; à l’inverse, chez une personne atteinte d’un cancer du pancréas, ce processus est dérégulé et détourné au profit de la multiplication des cellules tumorales. Dans des travaux préliminaires, l’équipe de Stéphane Pyronnet a démontré que des cellules présentes au voisinage des cellules du pancréas, les fibroblastes, jouaient un rôle important dans la dérégulation de la production des enzymes digestifs. Ces fibroblastes produisent en effet divers facteurs qui sont utilisés par les cellules tumorales. Un facteur clé a ainsi été caractérisé contre lequel des inhibiteurs ont été synthétisés. Le projet de recherche a pour but de tester l’effet de ces inhibiteurs sur la prolifération des cellules tumorales.

Cliquez ici pour plus de détails sur le projet TARGETPROT

Projet TARGETPROT

La fonction des cellules pancréatiques normales est de synthétiser en masse et de façon régulée des protéines destinées à la sécrétion (les enzymes digestifs). Elles sont naturellement équipées en facteurs permettant cette synthèse protéique massive. Dans les cellules devenues cancéreuses ayant perdu leur rôle physiologique, ces facteurs sont détournés pour traduire le transcriptome en protéome tumoral. Une autre caractéristique importante de ce cancer est une composante stromale très marquée dans laquelle les fibroblastes associés au cancer (CAF) jouent un rôle clé.Les CAF synthétisent une grande quantité de facteurs sécrétés (facteurs de croissance, cytokines et chimiokines, matrice extracellulaire) fortement impliqués dans les résistances thérapeutiques. Les chercheurs formulent donc l’hypothèse selon laquelle le ciblage de la synthèse protéique dans la cellule cancéreuse et le CAF a un intérêt thérapeutique. Par ailleurs, ils ont développé une série d’inhibiteurs ciblant sélectivement un facteur de synthèse protéique clé dans les cellules cancéreuses et les CAF. L’équipe de recherche va tester l’effet anti-tumoral de ces molécules seules ou en combinaison avec la chimiothérapie ou l’immunothérapie sur différents modèles précliniques murins et humains (PDX) développés dans nos laboratoires. Dans une perspective translationnelle, les mécanismes intracellulaires affectés seront étudiés afin d’identifier des marqueurs prédictifs et de suivi de réponse. En parallèle des études d’efficacité, les travaux préliminaires aux études règlementaires ADME (Absorption-Distribution-Métabolisation-Excrétion) et toxicologiques seront menés en vue de leur utilisation en clinique. On peut s’attendre à ce que ces inhibiteurs bloquent la progression tumorale ou sensibilisent les tumeurs à la chimiothérapie et/ou l’immunothérapie.